• Le débat philo en maternelle

     

    Pourquoi et dans quel cadre?
    L'élément déclencheur pour moi a été l'intervention d'une conférencière, Isabelle Duflocq dans le cadre de la formation. Ancienne enseignante de maternelle, elle ast actuellement formatrice sur le terrain. En l'entendant, comme bon nombre de collègues, je me suis laissée dire : « Je commence demain ! » Si l'on se réfère au programme 2008 en vigueur en GS, on attend de l'élève qu'il « participe à un échange collectif en attendant son tour de parole et en écoutant l'autre » et la compétence 6 du Socle Commun qu'il « participe en classe à un échange verbal dans le respect des règles de communication. »

     

    Une fois ces jalons posés, il convient de dire que le débat philosophique à l'école maternelle, en tant qu'échange collectif, permet à l'enfant de parler de soi et de ce qu'il pense intimement et à travers cet acte lui permet de découvrir ses ressemblances et ses différences avec les autres, l'amène à mieux se connaître et à prendre confiance en lui et donc à construire sa personnalité. Il recèle par là sa spécificité propre qui le distingue du Quoi d'neuf ou du Conseil , se référant eux à des événements vécus en classe ou en-dehors de la classe par les enfants.

     

    Autrement dit , l'école tient pleinement son rôle à travers le débat philosophique en amenant l'enfant vers une autonomie affective et intellectuelle.

     

    Quel dispositif ?
    Dans ma classe de MS GS, je l'ai mis en place une fois par semaine le mardi matin. Je sors le bâton de parole et le cahier où je prends des notes puis je fais rappeler par un élève ce que l'on fait et à quoi ça sert. La réponse est souvent la même : « Tu nous lis une histoire, tu nous poses une question, on réfléchit et on dit ce qu'on pense. » Ensuite je leur lis un court album ou un p'tit philosophe tiré d'un Pomme d'Api, puis je leur pose une question. Je leur demande ensuite de réfléchir dans leur tête sans parler pendant que je compte jusqu'à 30 . Nous définissons ensuite qui sera le Maître du temps et le rapporteur.

     

    Je suis Présidente et Secrétaire pendant l'échange.

     

    Mon rôle
    J'aide si nécessaire les élèves en reformulant et en les aidant à argumenter leur propos, voire à le conceptualiser pour la question « Est-il important pour vous de tenir sa promesse ? » , à un élève qui racontait qu'il avait été sage , que le Père Noël lui avait apporté les cadeaux demandés, j'ai précisé ensuite « donc tu veux dire qu'il a tenu sa promesse ? » « oui », m'a-t-il répondu.

     

    Mes observations
    Au début, j'ai not une grande différence de maturité entre les MS et les GS puis cela s'est estompé au fil des séances.

     

    Nous sommes toujours obligés d'arrêter (temps écoulé) alors que beaucoup veulent encore parler.

     

    Le rapporteur a besoin d'être aidé mais ce temps s 'avère primordial pour synthétiser le ton de l'échange.

     

    Exemples de questions posées :

    • C'est quoi pour toi un ami ?

    • Est-ce qu'un ami c'est pour toujours ?

    • Est-ce que les garçons et les filles c'est pareil ?

    • Est-ce que des fois, il t'arrive d'être triste ?

    • - … en colère ?

    • …. d'avoir peur ?

    • Qu'est-ce qui t'apporte de la joie dans la vie ?

     

    « Le Conseil de classe (CM1-CM2)Formation "Hétérogénéité et pratiques pédagogiques" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :