• Brevets et chef d'oeuvre, Célestin Freinet

    Brevets et chefs d'oeuvre

    Célestin Freinet

    Brochures d'Education Nouvelle Populaire n°42, janvier 1949

    Brevets et chef d'oeuvre, Célestin Freinet

    le texte en ligne ici

    Brève critique des examens et notamment du CEPE (Certificat d'Etudes Primaires Elémentaires, mis en place en 1866 et supprimé en 1989)

     

    Définition et objectif d'un examen

     

    Pour C. Freinet, un examen doit être le contrôle des acquisitions ou des aptitudes. Il est indispensable dans tout système à condition que le contrôle soit exact, juste et humaine et qu'il réponde à la fois aux besoins des éducateurs, des enfants et de l'organisation sociale.

     

    Critique des compétences évaluées.

    C. Freinet critique le fait que seules les acquisition intellectualistes sont prises en compte par les examens de l'époque et notamment le CEPE.

    Dans le contexte post 2ème guerre mondiale, avec les changements sociaux induits, les examens proposent un cadre trop réduits des acquisitions scolaires.

    Il faut s'ouvrir aux acquisitions culturelles et techniques, aux valeurs individuelles et sociales.

    → Nécessité de moderniser le CEPE si l'on veut qu'il donne des indications précises sur les compétences d'un enfant en fin de scolarité.

     

    Critique de la technique de passation

    • L'effet psychologique sur les enfants : la tension psychologique est supérieure à la normale avant l'examen puis baisse soudainement sous le coup de l'émotion au début de l'examen.

    L'enfant recours alors à ses facultés les plus basses (réflexes, mémoires automatiques, habitudes) et n'est pas au maximum de ses facultés.

    On peut alors contrôler la présence d'esprit et une sûreté de réaction mais c'est tout.

    • Problème d'objectivité : l'expérience montre qu'un enfant qui échoue dans un canton aurait réussi dans un autre.

    • L'examen contrôle le résultat et non l'effort qu'il a suscité.

    On favorise alors le bachotage : conquête du résultat et non de l'acquisition du savoir.

    • L'examen suppose une proportion d'échec alors qu'il devrait donner des indications sur les acquisitions sans refouler les sujets qui ne sont pas dans les normes.

    • Le CEPE est une épreuve anti-pédagogique pour les maitres. On mesure souvent la qualité et le travail des instituteurs à la proportion de réussite au CEPE. Or l'enseignant n'est pas responsable de l'échec d'un élève au vu des critiques déjà mentionnée. Cela favorise les instituteurs qui encourage le bachotage.

     

    → Le CEPE encourage la scolastique, la pédagogie traditionnelle.

     

    L'origine des brevets

     

    Les brevets ont trouvés leur place dans une pédagogie de travail.

    Le travail se fait d'abord, il s'explique ensuite.

    Brevets et chef d'oeuvre, Célestin Freinet

    Les brevets du 1er degré sont imités des brevets scouts qui sanctionnent l'activité des jeunes éclaireurs. Ils répondent au besoin de l'enfant de se surpasser. Ils mettent en avant les réussites et ne mettent pas l'accent sur les insuffisances.

    On demande aux enfants d'exceller à un moment et dans une direction.

     

    Considérations essentielles

    1. Le brevet sanctionne une activité effective, une réalisation ou une conquête dans le cadre des besoins à la fois de l'enfant et du milieu. La liste des besoins tient compte :

      1. des désirs et aptitudes des enfants et de leurs intérêts dans la société actuelle

      2. des besoins et désirs des parents en rapport avec les exigences de la vie à préparer

      3. des directives des textes officiels ( adaptés selon nos réflexions)

    2. Les enfants doivent être en mesure techniquement de réaliser les tâches nécessités par les brevets. Il ne s'agit pas pour l'élève d'expliquer comment il pourrait faire mais de le faire.

    3. Les brevets doivent orienter vers un nouvelle culture mais pas vers la formation de spécialistes.

     

    Le contrôle de ces brevets suppose une technique nouvelle.

    → nécessite une rigidité de contrôle : le détenteur a vraiment réussi l'épreuve

    → l'enfant doit pouvoir passer son brevet dès qu'il est prêt

    → le contrôle n'est pas toujours fait par le maitre, ou pas par le maitre seul

     

    Pour chaque brevet est prévu :

      • un certain nombre d'épreuves standardisées

      • un chef d'oeuvres réalisé par le candidat

      • parfois un compte-rendu établi par l'enfant et relatant les diverses phases de la réalisation du brevet.

     

    Exemple de brevet : le brevet d'écrivain

    Brevets et chef d'oeuvre, Célestin Freinet

     

    Exemple de brevet : le brevet de lecture

    Brevets et chef d'oeuvre, Célestin Freinet

     

    Pour les brevets, les enfants s'entrainent, ils ne bachotent pas.

     

    Quand un élève se sent prêt à passer les épreuves d'un brevet, il lui restera à :

    • préparer le chef d'oeuvre

    • rédiger le compte-rendu

    • passer les épreuves

     

    Il n'y a aucun inconvénient à avoir un grand nombre de brevets, on n'attend pas des enfants qu'ils les valident tous mais qu'ils fassent leur propre sélection.

     

    Il est prévu 2 séries par brevet de façon à proposer les brevet à tout âge.

     

    Avantages des brevets

     

    • motivation au travail pour les enfants

    • permet à chaque enfant d'être à un moment maitre dans une discipline, et de pousser les enfants le plus haut possible

    • nous permet d'orienter l'enfant selon ses domaines de réussite = met en avant des aptitudes.

    • Les parents sont conquis parce qu'ils sont fiers de voir leur enfant réussir quelque chose.

    • Les brevets rendent l'école plus proche de la vie.

     

    ____________________________________________________________________

     

    Brevets et chefs d'oeuvre

    Célestin Freinet

    Jean Petitcolas

    Dossiers Pédagogiques de l'Educateur n°14, décembre 1965

    Brevets et chef d'oeuvre, Célestin Freinet

    le texte en ligne ici

    Les brevets ont leur place dans une pédagogie nouvelle où la classe devient une classe-atelier, complexe et riche de possibilités où le travail est techniquement possible par les enfants.

     

    Auto critique par rapport à 1949 : a trop voulu imiter les brevets des scouts.

     

    Met en avant la possibilité de brevet-test pour des notions exactes ou mesurables mais risque de retour vers la scolastique.

    Pour le premier degré, il préconise de s'orienter d'avantage vers les chefs d'oeuvre.

     

    Conditions de production des chefs-d'oeuvres.

      • l'enfant éprouve le besoin de produire un chef-d'oeuvre (un sommet qu'il sera fier d'avoir atteint)

      • nous lui donnons le plus possible les moyens matériels.

      • nous mettons en valeur les résultats en classe et hors de la classe.

      • nous ne jugeons pas les chef-d'oeuvres selon des normes scolaires

     

    Il met en place des brevets obligatoires et des brevets facultatifs.

    Les élèves choisissent 3 brevets obligatoires parmi une liste de 13 et des brevets facultatifs parmi 5 domaines.

     

    2 possibilités pour valider les brevets

      • le brevet est attribué quand au cour de son travail l'enfant a réalisé une œuvre qui le mérite

      • quand l'enfant pense s'être assez entrainé, il demande à passer le brevet.

     

    L'organisation d'une semaine mensuelle des brevets

    Le premier jour, chaque enfant établit librement la liste des brevets obligatoires et facultatifs qu'il désire réaliser.

    On examine en conseil la faisabilité.

    Les enfants travaillent pendant la semaine.

    Dès qu'un travail est terminé, il est soumis à la classe.

    Ensuite l'auteur se juge lui-même et ensemble des élèves donne son point de vue, objectif.

    Le samedi une exposition est présentée.

     

    Un graphique est complété pour chaque élève.

    « La discipline à l'école, Editions ICEM - Compte-renduLire et écrire en maternelle avec la pédagogie Freinet »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :